10. Olivier, un croisé exemplaire (1264-1274) - Olivier de Termes, une épopée au XIIIe siècle

Aller au contenu
10. Olivier, un croisé exemplaire (1264-1274)
Nous avons dans les parties précédentes vu qu'Olivier de Termes fût longtemps un seigneur rebelle, comptant parmi les derniers faydits à se soumettre. S'en est suivi, dans le cadre du "rachat" de ses actions passées, la participation à la septième croisade. Devenu à la suite un fidèle compagnon de Louis IX et un défenseur de l'Église, il joue un rôle dans la "pacification" du Languedoc et l'établissement d'une paix le long d'une frontière définie avec le royaume d'Aragon.

Nous avons aussi vu qu'à partir de 1260, il organise assez scrupuleusement la revente de ses biens. Son domaine, son héritage, sont liquidés. Outre des donations, il y a des ventes qui se font à destination surtout de l'Abbaye de Fontfroide, mais aussi d'autres institutions religieuses. Des ventes pour des seigneurs "français" aussi, ... et pour le roi, lequel peut comme nous l'avons vu fortifier sa frontière.

Tout cet argent sert pour partie à racheter un comportement qu'Olivier de Termes regrette visiblement. D'où la restitution de biens mal acquis, la réparation, le remboursement... L'autre partie de ce pécule sert à financer la défense de la Terre sainte, où il souhaite retourner.

La Terre sainte où à plus de 70 ans il va s'éteindre. Cette partie va nous permettre de suivre ses péripéties en orient sur la dernière décennie de sa vie.

Une partie finale proposera un regard transversal, l'occasion d'étudier l'homme dans ses aspects quotidiens de gestionnaire d'une seigneurie, ses liens avec une abbaye particulière : Fontfroide.  
Le contexte "mondial"
La situation du Royaume de Jerusalem

Depuis que Louis IX s'en était retourné en 1254, la situation se dégradait progressivement pour ce royaume qui territoriallement n'occupait plus qu'une bande côtière autour d'Acre, le port où Olivier de Termes débarqua le 20 septembre 1264.


Cher fils, noble Olivier de Termes.

Après avoir été arraché d'un tison enflammé, tu es allé comme un homme vif, guerrier depuis sa jeunesse, t'exposer en Terre sainte où tu te disposes à achever ta vie. Soit gagné par l'approche du meilleur ! Nous louons ton dessein, fils, nous exhortons ton intégrité et t'aiguillonnons comme un éperon qui lance un cheval à toute bride, et en ce qui concerne ton courage, jusqu'à ce que ce cheval ait du sang devant les yeux et se rachète à nous à ce prix. Nous t'éperonnons pour t'affermir si les choses l'exigent, pour que tu poursuives sans crainte l'affaire de la croix, comme dans sa vie de misère le Christ cloué sur sa croix, pour que tu sois associé à sa passion et pour que tu finisses dans la gloire par devenir compagnon de sa crucifixion.
 
comments powered by Disqus
"Olivier de Termes, une épopée au XIIIe siècle"
Théâtre + espace numérique.
Une réalisation des mairies de Termes et Tuchan (Aude).
Retourner au contenu